Il paraît qu’en Australie, il y a des araignées ?

Voilà une chose dont on se serait bien passé ! Il y a bel et bien des araignées en Australie, et des grosses en plus ! Et pour couronner le tout, il y en a des mortelles ! Si on en a vu des dangereuses ? Oh que oui ! Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, les plus grosses ne sont pas forcément les plus dangereuses, voilà pour exemple une redback et une huntsman.

La redback, comme son nom l’indique, est une araignée noire avec une espèce de sablier de couleur rouge vif sur l’abdomen. Elle a la taille d’un petit pois et elle est très timide. En fait, on la trouve fréquemment à l’abri dans les compteurs électriques, nichée sous un bout de bois, ou encore derrière un tableau dans notre cas. Pourtant, elle a suffisamment de venin pour tuer un homme (des centaines de morsures chaque année et une douzaine de morts) mais l’antidote est connu et si vous avez la chance d’être à proximité d’un hôpital, vous ne risquez rien … sauf peut-être de subir d’atroces souffrances en attendant que l’anti-venin fasse effet. Je ne sais pas vous, mais je trouve que la nature est bien faite. Je ne peux cependant pas m’empêcher de m’interroger sur les animaux australiens (comme cette charmante redback). Pourquoi avoir un venin capable de tuer un cheval quand on se nourrit uniquement de mouche ?

Pour la deuxième araignée, la huntsman, les australiens vous diront qu’elle a plus peur de vous que l’inverse. Et malgré son aspect effrayant – si si, imaginez un steak haché avec huit pattes et des crochets bien visibles – cette araignée ne ferait pas de mal à une mouche (ou presque). Nous en avons déjà croisées plusieurs et je vous assure que j’ai même vu un cricket à moins de deux centimètres de la bête sans que celle-ci ne lui porte le moindre intérêt. Du coup, ça donne un peu la confiance ! En bon aventurier, j’ai voulu en « attraper » une, histoire de publier une jolie photo sur le blog. La bête était depuis deux jours sur un mur là où nous travaillons, et de bon matin, elle décida de descendre à une hauteur suffisante pour que je la touche. J’ai donc approché la main délicatement pour la saisir et d’un geste brusque, elle a fait un bond d’un demi-mètre en direction de ma main, puis est remontée au niveau du plafond, tout ça en moins d’une seconde. Au temps pour moi, dangereuse ou pas, je laisserai ces petites bêtes en paix maintenant :)

Pensez à liker notre page Facebook :

Et partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>